© 2023 by The Artifact. Proudly created with Wix.com

  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W

Haro sur la malbouffe !

 "Une alimentation optimale est la médecine de demain "  Dr. Linus Pauling 

Eduquer nos jeunes, c'est les éloigner de la "malbouffe" 

Le rôle déterminant de l'éducation à une bonne alimentation

Le rôle crucial des parents dans l'éducation à la bonne alimentation, par le dialogue et l'exemple

L'éducation à l'école, dès les petites classes

Est-ce bien raisonnable ??

Beaucoup trop de sucre dans les boissons industrielles

Consommation de sucre raffiné en France :

De 5 kg/an et par personne (XIX° siècle) à 37 kg (2000)

Osez-vous imaginer la qualité nutritionnelle de ce "repas" ?

Sensibiliser nos concitoyens, c'est les éloigner de la nourriture industrielle :

gras saturé, sel, sucre, additifs (nitrites, colorants, exhausteurs, conservateurs...), résidus de pesticides, métaux lourds (notamment les gros poissons : saumon, thon, etc.)PCB & dioxines, OGM, nanoparticules alimentaires, perturbateurs endocriniens (effet cocktail "explosif")...

Exemple de lecture instructive !

La profitabilité économique du business agroalimentaire industriel est basée sur quelques principes simples, souvent borderline à l’égard de la légalité et de l’éthique… Grâce à une législation souvent floue, et un laisser-aller des politiques et des agences de santé, les appellations et les origines sont détournées, les additifs sont massivement utilisés (plus de 300 en France), les produits douteux en provenance d'Asie sont reconditionnés en Europe. Et le marketing vend de l'illusion et réduit les portions...

Les principes ? Vendre de l’eau au prix des produits annoncés : les produits surgelés sont alourdis d’une gangue de glace (« enrobage à froid »), les jambons sont remplis d’eau additivée ; Remplacer les produits ou les techniques nobles par des proportions accrues de substituts : le miel par le glucose industriel et l’eau, le safran par les pétales de carthame, le fumage par des liquides goudronneux, etc. Développer l’appétit par des additifs comme le glutamate monosodique (E621), ou simplement le sel… Attirer le client en multipliant les couleurs, les étoiles, les logos, les arômes et parfums : la nourriture des saumons d’élevage est définie selon la teinte souhaitée de leur chair, les nitrites ou nitrates de sodium et potassium (E250, 251 et 252, salpêtre) sont injectés dans la quasi-intégralité des charcuteries pour leur donner une couleur rose ou rouge, bien qu’utilisés prétendument pour leur fonction de conservation ou de prévention du botulisme…  Les nitrites de sodium sont classés probablement cancérigènes par le CIRC, les charcuteries étant déclarés cancérigènes avérés. "Plusieurs milliers de cancers colorectaux pourraient être évités rien qu'en Europe, si cet additif était retiré de la chaîne de production" selon un scientifique.

Selon la Ligue contre le cancer, traitant du cas particulier du côlon-rectum, "l’alimentation joue très certainement un rôle important dans le développement du cancer du côlon : apport calorique trop important sous forme de graisses animales et obésité ; par contre, on note un rôle protecteur par la consommation régulière de fibres (légumes, fruits, céréales) et par l’exercice physique régulier."

Nous formatons nos enfants en leur faisant avaler du jambon rose (le jambon est en principe plus marron), du sirop de menthe vert (le sirop naturel de menthe a la couleur du thé), des confiseries multicolores, des fruits hors saison imbibés de pesticides et conservateurs, des boissons hypercaloriques, etc.

Mais la plupart des additifs alimentaires sont malsains voire dangereux pour la santé. Il ne nous viendrait plus à l’idée de fumer à côté d’eux. Pourquoi ne les éloignons-nous pas davantage de cette nourriture industrielle ? Autant ne pas attendre…

D'accord ou pas d'accord ?